Une beauté sereine au cœur de la ville

Rivière Amédée – Baie-Comeau – Côte-Nord

Située à l’est de cette ville anciennement appelée Hauterive en lien avec son élévation de 65 mètres par rapport au niveau de la mer, la rivière Amédée tire son nom d’Amédée Couillard-Després qui fut le tout premier gérant de l’ancienne scierie installée à l’embouchure de la rivière Manicouagan en contrebas. Bien qu’elle soit connue de tous les résidents, peu de gens savent où mène cette rivière en amont. Votre mise à l’eau effectuée, malgré que vous soyez bel et bien en ville, le surcreusement de la rivière au départ vous fera presque oublier les centres commerciaux non loin. À peine aurez-vous le temps de vous réchauffer que vous arriverez derrière un marché d’alimentation. Sachez qu’à cet endroit, ainsi que sur l’autre rive, se trouvait la Ferme Trudel, connue aujourd’hui pour avoir brulé à l’automne 1989. Tout ce qui en reste est le champ sur la rive est et les deux petites maisons le long de la route. Aussitôt que vous aurez franchi le pont du boulevard Pierre-Ouellet, l’eau peu profonde et les hautes herbes feront compétitions avec la salle de spectacle devant vous érigée en 1992 au cout de 9.2 millions de dollars. Faisant fi de cet édifice, la rivière suit son cours jusqu’à rejoindre le terrain de golf de 18 trous pensé par l’architecte de renommée internationale, Graham Cooke. Ce terrain, long de 6 850 verges, vous fera à coup sûr rencontrer des golfeurs qui, entre deux balles, vous enverront la main.

100_3465

C’est avec ce brin de courtoisie que vous entrerez dans la forêt boréale. Cette épaisse couche de verdure vous fera illico oublier que la civilisation se trouve tout juste derrière vous. Tranquillement, vous pourrez pagayer et contempler cette rivière calme qui peu à peu rétrécit. Avant de voir où elle vous mènera, vous devrez sortir de votre embarcation quelques instants pour traverser un sentier de ski de fond l’hiver et de vélo et de VTT en été. Deux minutes plus tard, de retour sur l’eau, votre curiosité vous poussera à aller voir ce qui se cache plus loin. Sans vouloir vendre la mèche, le faible courant et la rivière rétrécissant, vous n’aurez probablement d’autre choix que de rebrousser chemin, sans presse, en sachant que tous les paysages du retour en valent la peine. Il s’agit évidemment d’un parcours peu hasardeux laissant peu de place à l’aventure, mais de vous retrouver sur une rivière aussi paisible que belle ne peut que vous faire passer un beau moment en compagnie de Mère Nature.

Par François Bouchard

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s