En kayak en toute tranquillité

Ruisseau Quilliams – Lac Brome – Lac-Brome – Estrie

Si l’on recherche la tranquillité en kayak, le contact direct avec la nature ainsi qu’un parcours différent, le ruisseau Quilliams est l’endroit par excellence. Pour y accéder, il suffit de garer sa voiture au stationnement public du parc Tiffany le long de la route 243 et de prendre place dans son kayak à partir de la descente de bateau. Dès votre entrée à l’eau, vous devrez passer sous un viaduc puis pagayer sur le lac Brome environ un kilomètre en longeant la route 243 vers le nord. Lors de ce trajet, vous pourrez observer les montagnes de l’autre côté du lac, dont le mont Brome. Une fois arrivé à l’embouchure du ruisseau, vous repasserez sous un viaduc puis verrez apparaitre un écriteau de bois vous indiquant que vous entrez dans la réserve faunique Quilliams-Durrell. À partir de là, les embarcations motorisées sont interdites, tout comme la pêche. C’est à ce moment que la tranquillité des lieux devrait vous gagner. Pagayez à la droite de l’écriteau pour entamer ce parcours tout en méandres et en détours. Il pourrait vous arriver en effet à quelques reprises de rebrousser chemin, car votre passage n’aura aucune issue. La plupart du temps, ces légers détours ne vous vaudront qu’un bref contretemps; ils vous auront permis d’explorer davantage les lieux. En cours de route, vous croiserez très certainement des barrages de castor, des couples de canards, des hérons ainsi que des tortues. Vous aurez également l’impression que des carouges à épaulettes vous suivent et chantent pour vous tout au long de votre trajet. Et si vous avez plus de chance, un cerf vous observera bien au sec sur les berges ou derrière des arbustes.

dscf2362À un moment, vous remarquerez que les arbres matures autour de vous se rapprochent. Vous êtes alors en plein cœur de la réserve faunique, où plus aucun bruit provenant de la civilisation n’arrive jusqu’à vous. Il n’y a que celui des feuilles, des oiseaux et de vos pagaies qui entrent et sortent de l’eau. Il pourrait être judicieux de prendre le temps de savourer ce moment en prenant une petite collation. Puisqu’il y a très peu d’endroits dans tous ces méandres où accoster, vous pourrez aisément le faire à bord de votre embarcation en la laissant vous guider. Sinon, un peu plus loin, la végétation s’ouvre pour laisser place à un pré, autour duquel vous pagaierez. Il sera ainsi plus simple d’accoster pour profiter de la journée.

Après avoir pagayé environ quatre kilomètres sans y avoir mis trop d’effort, votre parcours s’arrêtera devant un petit pont de bois sautant par-dessus de petites rapides, seulement s’il y a assez d’eau à ce moment de l’année pour que vous vous rendiez jusque-là. Il est désormais temps de prendre le chemin inverse et de profiter de ce décor paisible une deuxième fois. Connaissant maintenant les lieux, vous pourrez porter une attention nouvelle aux éléments que vous aviez ratés plus tôt, et peut-être même vous offrir une courte baignade, qui sait. Et quand vous recommencerez à entendre rouler les voitures, vous saurez que les méandres tirent à leur fin. Mais, à coup sûr, vous vous sentirez plus reposé qu’à votre arrivée.

Par François Bouchard

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s