Excursion en kayak au Bic

Havre du Bic – Le Bic – Bas-Saint-Laurent

Pour en avoir plein la vue, c’est sans contredit au Bic qu’il faut aller. Situé à quelques minutes à l’ouest de Rimouski, le havre du Bic se trouve dans le Parc national du Bic où plus d’une trentaine de kilomètres carrés comprenant des sentiers pédestres et des pistes cyclables vous attendent. Tout d’abord signalée sous le nom de Pic par Samuel de Champlain en 1603 pour désigner une montagne haute de 347 mètres, cette appellation aurait changé phonétiquement pour devenir celle que l’on connait aujourd’hui, le Bic. Cette région, comme plusieurs autres, est reconnue pour avoir été visitée par Jacques Cartier, et plus tard, en 1759, par la flotte du général Wolfe.

dscf0187

Deux options s’offrent à vous quant à cette excursion. Soit vous glissez simplement à l’eau et vous naviguez à votre guise dans ce magnifique havre, soit vous faites affaires avec l’entreprise Aventures Archipel qui vous permettra, à l’aide d’un guide expérimenté, d’en apprendre davantage sur les lieux et leur histoire. Leur but avoué est de « vous faire vivre des expériences inoubliables, dans le respect de chacun, la convivialité et la détente ». Lors de cette excursion, guidée ou non, il vous sera possible de croiser l’ile aux Amours, dont la légende urbaine contemporaine veut que ce nom soit tiré des nombreux couples ayant séjourné sur cette ile isolée. La réalité voulant par contre que ce nom soit déjà présent dans un journal datant de 1934, ce qui n’enlève rien au folklore de la légende. Du côté nord de l’ile se trouve le cap Enragé, zone extrêmement protégée mais qui ne nous est pas interdite d’approcher. Au détour de ce cap, les vagues du fleuve commenceront à vous frapper de plein fouet, ce qui, pour les plus téméraires, sera des plus excitants.

Quand vous aussi, comme l’ont fait les grands navigateurs d’autrefois, vous voudrez revenir vous protéger du vent dans la baie, vous aurez la liberté de contempler l’ile Brûlée, qui tient son nom d’un feu qui l’aurait dévastée, et l’ile du Massacre, dont le nom provient de la légende voulant que plusieurs Micmacs y auraient été massacrés lors d’une violente bataille avec les Iroquois. Certains disent même que leurs fantômes y errent encore la nuit, unissant leurs plaintes aux vagues déferlantes.

À votre retour en fin de soirée, tout en évitant la marée basse qui pourrait vous surprendre en vous forçant à accoster loin de votre point de départ, en aucun cas vous ne voudrez manquer l’un des couchers de soleil que l’on dit être parmi les plus beaux sur Terre. Pour expliquer sa splendeur, une nouvelle légende dit cette fois que « l’ange chargé d’orner la terre, lors de la création du monde, arrivé devant Le Bic en fin de journée, y a déposé tout son surplus d’îles et de montagnes, do[t]ant le paysage bicois d’un pittoresque à nul autre pareil ». Le plein d’énergie tellurique refait, vous reprendrez la route 132 avec la tête et l’appareil photo remplis de belles images, comme quoi la beauté est presque palpable.

Par François Bouchard

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s