Quand le conte s’invite au camping

En 2003, Simon Venne-Landry achetait un terrain de 15 acres qu’il consacrerait à un projet touristique encore inconnu à ce moment. Quelques années plus tard, soit en 2012, le terrain comptant 25 emplacements était prêt à accueillir des campeurs souhaitant vivre une expérience différente : la fusion du camping et du conte venait de naître.

Certains rêves prennent du temps à réaliser. C’est ce qu’a compris Simon Venne-Landry, propriétaire du camping Au conte dormant à Orford. «Nous avons acheté un terrain de 15 acres en 2003. Tout de suite, j’avais en tête de faire un projet touristique, mais je ne savais pas quand. J’étais gérant d’une auberge de jeunesse à Montréal depuis plusieurs années et c’est là que j’ai eu l’idée d’ouvrir un camping. J’ai commencé en 2006 à dénicher et à défricher les bons sites. Je voulais vraiment faire un camping différent des autres. Rustique oui, mais sans que les gens soient cordés les uns sur les autres.»

DSC05753

Les années passèrent et les installations prirent forme. «La progression des sentiers et des emplacements a été très graduelle. En 2010, j’ai eu droit au soutien pour travailleur autonome du CLD, ce qui m’a donné un très bon coup de pouce. J’ai pu passer l’année à temps plein sur mon projet et ça a vraiment avancé. En 2012, la première saison était lancée.»

L’idée d’insérer des contes au projet de camping de M. Venne-Landry est arrivée en cours de route. «Quant au conte, je voyais un lien avec le camping et les histoires. Le camping, d’une certaine façon, est la plus vieille sorte d’habitation de l’Homme, et le conte est l’une des plus anciennes formes d’arts orales. J’aimais bien cet amalgame. J’ai suivi plusieurs formations dans ce domaine et je participe quelques fois aux soirées. Je relis donc mes deux passions de cette manière.»

Aujourd’hui, le site, ouvert de la mi-juin à la mi-septembre, compte 25 emplacements, tous espacés et ombragés. «Pour mettre sur pied ce camping, il y a eu beaucoup d’investissement en temps. Tout a été fait au pic et à la pelle. Aucun camion n’est entré sur le site, ce qui a préservé l’état naturel des lieux.»

Le camping est également équipé de douches et de toilettes écologiques. Mais ça ne s’arrête pas là, car M. Venne-Landry a d’autres projets en tête. «Pour l’avenir, j’aimerais construire cinq ou six petits chalets rustiques pour compléter le tout.»

Les soirées au camping Au conte dormant débutent à 20 h les samedis et sont animées par des conteurs reconnus dans le milieu, tels que Jocelyn Bérubé, Christine Bolduc et Paul Bradley.

Par François Bouchard, Reflet du Lac, 2015

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s